quick[n]dirty
Fiche

L’idée

quick [n] dirty est un espace de création. Nous nous sommes réunis autour de l’envie de faire des films, de s’offrir un espace de création où l’on exercerait notre métier de cinéaste comme on l’entend.

Notre envie nous pousse à écrire, à jouer, à tourner, à monter, à créer. Notre envie trouve toujours le moyen de nous réunir parce qu’ensemble, tout devient possible.

Nous n’avons aucune autre contrainte que celles que nous choisissons. C’est notre luxe. Aucun format prédéfini ne nous enferme. Aucune thématique, aucun genre, aucun style, ne s’imposent à nous. quick [n] dirty est un collectif d’esprits libres, professionnels ou non, cinéphiles ou non, expérimentés ou non.

Le choix de notre processus de production est issu de notre volonté d’inscrire notre projet dans le temps, de nous dépasser continuellement, d’apprendre de nos expériences, et en faire de nouvelles pour augmenter la compréhension de nos outils.

Nos faiblesses nous enseignent comment nous améliorer, comment aiguiser notre oeil, comment affuter nos compétences ; nos questionnements bousculent nos certitudes.

La recette

   

Manifesto

Principes

quick [n] dirty est un groupe de cinéastes.

Ils se réunissent pour faire des films sans budget, à la chaîne.

Les films seront des films de fiction écrits, réalisés et montés en deux semaines, tournés en moins d'un jour.

La volonté est de créer une économie de production dans laquelle chacun pourra exercer son métier hors des diktats des productions commerciales.

Il n'y a pas de présupposé artistique.

Chacun est libre de créer comme il le veut, dans les limites définies par son rôle et celles définies ici.

Il y a un présupposé artisanal.

Chacun doit faire en sorte d'accompagner au mieux la création du film.

Les postes et rôles ne sont pas assignés, ils sont redéfinis à chaque nouvelle production.

 

Déroulement

Un membre de quick [n] dirty propose une histoire.

Si c'est une ébauche, elle peut être développée par un scénariste.

Le scénariste laisse tout possible d'adaptation au réalisateur dans le respect de l'intention initiale.

Le scénariste ne peut pas être réalisateur de son propre scénario.

Le réalisateur est choisi sur son projet de réalisation.

Il dispose d'une demi-journée tournage.

Le film doit être terminé en deux semaines à partir de la réception du scénario.

Le monteur suit la trame narrative du scénario et du réal.